Transhumances

Au son des voix et des percussions, A Hue et à Dia investit la scène pour une danse à travers prairies et montagnes. Que l’on soit en quête de nourriture ou parti faire paître les bêtes, le chant accompagne diverses transhumances. Les cinq chanteuses nous embarquent pour une traversée sonore à travers les frontières et le temps. Des mélodies centenaires en provenance d'Albanie, de Madagascar, d'Ukraine, de Serbie, d'Italie, de France ou du Rwanda prennent une forme résolument moderne, puissante, sensible.

 

Ces chants traditionnels et compositions originales racontent une histoire, forment des tableaux mouvants, colorés, puissants. Ils ouvrent des parenthèses où s'engouffrent peines et douleurs, rêves, errances et joies.

Pour créer ce spectacle, les 5 interprètes ont rencontré des femmes et des hommes de pays et de tradition très différents. Ces derniers leur ont appris des chants et transmis un bout de leur culture. Ce sont ces rencontres qu’elles partagent avec le public.

L'histoire du groupe
 

À Hue et à Dia réunit cinq chanteuses autour de chants traditionnels de différents horizons et de leur instrument : la voix. Loin d'une interprétation puriste de ce vaste répertoire, À Hue et à Dia réarrange, s'autorise quelques pas de côté, improvise, toujours au service d'un son d'ensemble qui se veut puissant et singulier. C'est une couleur intemporelle et inédite qui teinte alors les mélodies et porte les textes. Ces langues, les chanteuses d'À Hue et à Dia ne les parlent pas. Pourtant, ces langues inconnues côtoient leurs mélopées sans paroles pour raconter l'universel : les histoires d'amour, le dur labeur, la guerre, la beauté de la vie.

En 2011, les cinq chanteuses se rencontrent autour de l’improvisation : pas de paroles, mais la voix comme vecteur d’émotions et d’énergie. Les circle songs sont un mode d’improvisation qu’elles affectionnent, puisant leur inspiration dans les influences musicales de chacune.

Très vite naît l’envie de mêler improvisations et chants traditionnels. C'est tout d'abord une forte attirance pour la musique des Balkans qui les conduit à travailler en 2013 avec la chanteuse serbe Svetlana Spajic à Belgrade. Elles y approcheront l'énergie et le timbre caractéristiques de ces musiques. C'est ensuite une rencontre avec  le musicien malgache Joro Raharinjanahary qui les conduira à élargir leurs horizons musicaux et à aborder d'autres rythmiques, d'autres ambiances. Pour elles, la dimension orale de la transmission de ces chants traditionnels est primordiale : leur répertoire s'étoffe au fil des rencontres.

Illustration d'arrière plan : Suzy Vergez

Transhumances - created in 2018

The show

This musical show focuses on the place of singing in every day life. A Hue et à Dia invites us to explore all the musical traditions in the daily acts of ordinary lives in their liveliest and mostinvigorating expression. 

An invitation to live every day without routine, ordinary life without boredom. A Hue et à Dia takes us on a journey of sound across borders, across time, in a voyage within ourselves. Traditional songs and original compositions form moving, colourful and powerful paintings, some times troubled. The voice like a bubble of air, a valve. A space of freedom. 

"Transhumances" is a show composed of 15 pieces and lasts about one hour 15 minutes. Based on our first show, it is an extension with an increasingly personal musical approach. 

Interpreters

Elsa Bader

Julie Fandi

Alexandrine Guédron

Leïla Harmi-Meistermann

Claire Robert

Director : Roberto Graiff

Lighting : Eric Trépin

Sound : Romain Muller

Support : DRAC, Strasbourg Eurométropole, Le Point d'Eau (Ostwald, France). 

The show was performed for the first time in the autumn of 2018, at the Salle du Point d'Eau in Ostwald, following a residency on its premises. 

Song rooted in everyday life

Through this new show, we want to convey, in our own way, the deep foothold of singing in everyday life. For centuries, the rural world has followed the rhythm of the seasons, and in turn the songs follow this seasonal rhythm.

Traditional songs punctuate the breath, they set the pace, blur the distances, open parentheses where hardship and pain, dreams and wonderings are engulfed.

We choose songs that move us deeply. We reclaim them, transform them, mix our compositions and improvisations.